Portraits de roux

Lespersonnes rousses ne passent pas inaperçues et ne laissent pas indifférent.

J’ai moi-mêmetoujours trouvé que les personnes rousses étaient très photogéniques et aidepuis longtemps eu envie de faire des portraits de roux.

C’est enlisant un livre, « Le Monde en Roux » de François Vorpe, que j’airéalisé que j’entrais dans un monde de gens qui avaient souvent souffert dansleur enfance de cette particularité que je trouve si belle.

J’ai donc demandé à chacune des personnes qui sont venues poser devant monobjectif, « Avez-vous, à un moment de votre vie,  souffert du fait d’être roux? », et à monétonnement, car je ne m’en doutais pas, la majorité a répondu de manièreaffirmative à cette question.

Presque toutes ont subi les moqueries de leurs camarades , souvent à l’âge du collège. Ou pire,certaines personnes  ont même endossé la gêne de leurs parents d’avoir engendré un enfantroux.

Je suis donc satisfaite d’avoir pu faire ressortir la beauté de ceux ou celles (et il yen a dans cette série) qui avaient besoin de ça pour se rassurer.

Using Format